Les maths et la méthode de Singapour

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

"Tous bons en maths !"

L’Institut International Saint-Dominique teste la « Méthode de Singapour » dans les classes de CP et CE1.

Il faut faire aimer les maths, partager leur beauté, leur omniprésence dans la vie quotidienne.

À partir de la très riche enquête réalisée par le magazine Le Point dans le cadre de son hors-série consacré à la méthode de Singapour, l’Institut International Saint-Dominique a décidé de tester et découvrir cette méthode. Sur quelle approche, sur quels principes repose-t-elle ? Comment la mettre concrètement en pratique ? A l’école ou à la maison. Représente-t-elle un enseignement élitiste ou est-elle particulièrement indiquée pour des élèves porteurs de troubles ou ayant des difficultés et pour lesquels l’abstraction mathématique est d’autant plus délicate ?

Il s’agit d’une méthode explicite qui amène les enfants à :

  1. raisonner, construire le sens et, de fait, à acquérir des connaissances plus profondément ancrées ;
  2. voir la présence des mathématiques dans leur vie quotidienne ;
  3. aller progressivement vers l’abstraction.

Les notions de base en profondeur et les 4 opérations dès le CP

Avec la méthode de Singapour on aborde moins de notions, mais on les aborde en profondeur. A l’école, « Singapour » oblige à une progression un peu différente de celle habituellement appliquée. Au lieu de faire numération le lundi, résolution de problèmes le mardi, masses le jeudi, etc. on travaille « à fond » une notion de base pendant plusieurs semaines. Et on est en mesure de faire des divisions en CP ! Pourquoi ? Comment ? En invitant les élèves à être acteurs, à manipuler des cubes pour trouver comment, par exemple, répartir équitablement 15 cubes dans 3 verres, on leur permet d’accéder au sens de la multiplication et de la division… avant de leur apprendre à « bien poser une opération » pour trouver le « résultat juste ». On donne aux élèves les outils nécessaires pour raisonner de manière autonome, pour appuyer leur raisonnement. Cette pédagogie explicite permet de pointer, de montrer concrètement le résultat.

Construire du sens

Le ministère de l’Education de Singapour considère les mathématiques comme « le moyen de développer et d’améliorer les compétences intellectuelles d’un jeune adulte ». « Il ne s’agit pas de mémoriser des formules », mais « d’apprendre à réfléchir et garder les mécanismes de pensée, les habitudes de raisonnement ». Selon les chercheurs, dans l’enseignement classique des maths, le passage à l’abstraction se fait trop rapidement, sans que l’enfant ait construit du sens. Avec Singapour, on apprend à raisonner avant de passer à la technique opératoire, à la procédure, à la formule, à l’écriture de symboles mathématiques. La méthode de Singapour permet aux enfants de réfléchir, de raisonner. Cette construction du sens est notamment rendue possible par un autre principe fondateur de cette pédagogie  : la verbalisation.

  • Raconter des histoires de nombres
  • Résoudre des problèmes pour parvenir au concept

Nous espérons ainsi faire progresser tous les élèves, leur faire aimer les mathématiques et partager l’engagement de nos enseignants sur cette voie. 

En consultant ce site vous acceptez l’utilisation des "cookies". En cliquant sur un lien de cette page, vous acceptez implicitement l'utilisation des "cookies" sur ce site. En savoir plus